Bien préparer un road trip de pêche

Bien préparer un road trip de pêche

Bien préparer un road trip de pêche

Parmi les meilleures expériences de pêche que nous avons pu vivre jusqu’alors avec Thomas, celles qui consistent à explorer un territoire, un département ou une région en voiture sur plusieurs jours sont tout en haut de notre liste. Nous adorons par dessus-tout organiser ce genre de voyages dès qu’une période de vacance approche, que ce soit en France ou à l’étranger. L’excitation de la découverte et du dépaysement rendent bien souvent l’expérience mémorable, même en cas de déconvenues. 

Durant les deux dernières années, nous avons organisés plusieurs road trip de pêche, la plupart du temps avec notre van et en itinérant. Notre premier vrai road trip autour de la pêche fût celui du tournage de notre long métrage Our Waters, ou nous sommes parti découvrir des spots que nous ne connaissions pas pendant 3 semaines à travers les Alpes et l’Auvergne. Depuis ce premier voyage, nous avons bien appris de nos erreurs en ce qui concerne l’organisation et la planification d’entreprises comme celles-ci. Nous avons reçu plusieurs messages nous demandant d’expliquer comment nous préparions ces road trip, de la découverte des spots à la logistique. C’est parti pour un petit guide pratique qui je l’espère, vous aidera et vous donnera envie de préparer une prochaine aventure de pêche ! 

Etape #1 : Repérer des spots prometteurs

La première étape avant de préparer son matériel est la planification de l’itinéraire du voyage. L’approche que nous utilisons pour planifier nos road trip de pêche est de se baser sur des spots de pêche prometteurs, repérés à l’avance. Le premier conseil que je pourrais vous donner est de préparer une bonne liste de spots aux alentours des différents lieux par lesquels vous souhaitez passer. La première erreur à éviter lorsqu’on planifie un voyage de pêche est de ne pas avoir de plan B. Il est tentant de vouloir se concentrer sur les spots les plus emblématiques d’une région (grande rivière à « gros poisson », lac emblématique…). D’ailleurs, souvent, si une rivière ou un plan d’eau est « réputé », c’est bel que le spot comporte un intérêt pour la pêche. Par conséquent, il aura aussi tendance à attirer les pêcheurs, locaux et touristes… 

Si comme nous, vous n’avez pas souvent la chance d’éviter les grandes périodes touristiques de vacances scolaires, il y a fort à parier que vous ne soyez pas les seuls à avoir l’idée d’aller pêcher sur les spots les plus emblématiques d’une région. En général, les accès sur ces spots-là sont plutôt peu nombreux si on les rapporte au nombre de pêcheurs qui les visitent chaque année. Il est donc essentiel d’avoir des solutions de repli pour tout de même avoir une chance de visiter un spot vierge de tout pêcheur pour la journée en cas de sur-fréquentation du spot que vous aviez prévu de pêcher. 

La méthode simple et efficace que nous utilisons est celle de « cartographier » la région que nous allons visiter en plaçant des repères sur une carte Google Maps, application que nous utilisons pour trouver les accès aux spots de pêche. Ainsi, avant de partir, nous avons déjà une bonne dizaine de spots à visiter qui constituent autant de solutions de repli si des pêcheurs sont déjà sur place. Plus on dispose d’options, mieux ce sera pour vous éviter une perte de temps ou un choix improvisé de dernière minute. Pour nous aider à repérer ces spots, nous n’avons pas encore trouvé de meilleurs moyens que d’aller visiter le site web des fédérations départementales de pêche qui nous intéressent. On y trouvera rapidement les principales rivières et plans d’eaux qui comportent un intérêt halieutique. Nous aimons rester 2 à 3 jours sur un même territoire, visiter les spots les plus intéressants et repartir pour en découvrir un nouveau. Ainsi, on couvre beaucoup de terrain plus efficacement, car les spots de pêche intéressants ont déjà été repérés avant de partir. 

Etape #2 : Préparer son matériel & son équipement de camping

Partir pour un week-end est une opération aisée au niveau logistique, mais partir pour une ou deux semaines demande (un minimum) de préparation. Prévoyez-vous de vous arrêter sur des campings, qui sont de bons camps de base pour planter la tente, prendre une douche et avoir de l’électricité pour un prix raisonnable. Nous préférons de loin les petits campings qui disposent de peu d’emplacements pour éviter la foule. Il y est généralement tout à fait possible de passer à l’improviste pour demander un emplacement après un coup du soir qui aura duré jusqu’à la tombée de la nuit. 

Au niveau de la nourriture, nous n’avons pas trouvé de meilleure solution que d’investir sur une bonne glacière passive, qui permettra de garder de la nourriture et des boissons au frais pendant une longue période (plus de 10 jours), sans avoir besoin d’électricité pour fonctionner. Nous utilisons une glacière Petromax KX50 et nous n’avons pas eu à nous plaindre de son efficacité. Emmener avec soi un barbecue portable est également un vrai plus pour profiter au maximum des joies du camping. Pensez à bien vous ravitailler en matériel de pêche avant de partir, les détaillants ne sont pas partout, surtout dans les endroits sauvages. N’étant pas un champion de l’organisation, je vous recommande de vous faire une rapide check-list que vous aurez validée avant le départ. En général, il vaut mieux penser aux aspects pratique et bien se préparer en amont pour éviter les ravitaillements trop fréquents et profiter au maximum du bord de l’eau !

Si vous avez la possibilité d’utiliser un fourgon, un van ou un véhicule aménagé, il peut vous permettre de vous affranchir de passer par des campings trop souvent et de dormir en camping sauvage. Nous avons la chance de pouvoir emprunter un van aménagé avec tente de toit, qui est un vrai plus en terme de confort de voyage sur des longues périodes. Pour trouver des emplacements de campings sauvages, nous utilisons l’application « Park4Van » qui recense bon nombre de spots pour passer la nuit : une vraie pépite ! Nous restons généralement une nuit dans un camping, puis deux jours en sauvage et ainsi de suite, ce qui permet de limiter les coûts du voyage et de partir plus longtemps.

Etape #3 : Partir !

Vous avez votre itinéraire en tête et votre matériel est prêt ? C’est parti ! Veillez à bien surveiller la météo avant et pendant votre voyage, celle-ci pourrait compromettre vos plans initiaux (voyez la nécessité d’avoir des plans de secours !). 

Bien évidemment, nous devons veiller à être le plus respectueux possible et bien ramasser nos déchets après chaque nuit passé en camping sauvage. Nous n’avons que trop souvent constaté des comportements irrespectueux dans des sites sauvages remarquables. Il est encore possible de profiter d’endroits sauvages et préservés dans notre pays, tâchons de ne pas tout gâcher pour pouvoir en profiter (et en faire profiter les autres) au maximum.

Voilà pour ce modeste guide pratique pour partir en road trip pêche, j’espère qu’il vous aura plu ! N’hésitez pas à vous manifester dans les commentaires si vous avez des questions et si vous souhaitez une vidéo sur le sujet ;) ! 

Hugo

Share post:

  • /

Leave A Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *