Pêche du sandre en float-tube : le choix des têtes plombées

Pêche du sandre en float-tube : le choix des têtes plombées

Pêche du sandre en float-tube : le choix des têtes plombées

La pêche du sandre rime très souvent une pêche lente et hivernale. Malgré tout, il est vrai que le sandre peut se pêcher toute la saison en période d’ouverture. Depuis 2 ans maintenant, je commence à m’intéresser à ce poisson mystérieux, parfois surnommé poisson roi. En effet, il existe évidement de nombreuses techniques pour tromper la vigilance de ce percidé. J’ai la chance de pouvoir pêcher plusieurs zones de pêche avec des configurations totalement changeantes. En fait, je souhaiterai centrer cet article principalement sur la plombée que j’utilise lors de mes pêches en float-tube, en lac de barrage.  C’est-à-dire que ma pêche est axée majoritairement sur des techniques, dîtes verticales. Cependant, on peut très bien leurrer les sandres en linéaire.

Premièrement, il est important de comprendre que la plombée joue un rôle, je dirai décisif, pour les pêches en vertical. Que l’on parle de leurres montés directement sur une tête plombée ou encore de leurres disposés sur des hameçons « Drop Shot » ou autre, où la plombée est déportée, le poids ainsi que la forme du leste ne doivent pas être négliger.

 

1/ La forme de la tête plombée

Parlons plus en détails de la forme des têtes plombées que j’utilise selon les postes. Le barrage que je pêche essentiellement, est situé sur le fleuve Loire. Je dirai, qu’il y a deux grands types de zones à prospecter :

-Les zones rocheuses, regroupant falaises, éboulis, ainsi que les anciennes structures recouvertes lors de la mise en eau du barrage.

-Les plages de sables, qui sont en fait d’anciens prés et plateaux qui ont laissés place à des plages de sable suite à la mise en eau également.

Les 2 configurations évoquées : Falaise et  zone rocheuse (Haut) & Plage (Bas)

C’est-à-dire que la présentation du montage va être différente, suivant le type de structures présentes. Pour aller droit au but, j’essaye de me tenir à une règle de base que je me suis fixée. Sur les secteurs en pente douce caractérisés par des plages, je favorise des têtes plombées qui possèdent une face plane en dessous. Pour des raisons de présentation, je trouve intéressant d’utiliser des formes qui correspondent à cette attente comme des têtes plombées dîtes « Sabot ». Elles sont d’ailleurs sûrement les plus connues pour les pêches en vertical. Ce que je trouve également très intéressant sur ce type de têtes, c’est qu’elles ont une influence sur la position du leurre lorsqu’il est posé sur le fond. L’hameçon étant dirigé vers le haut, le leurre suit également cette trajectoire. Et ceci peut s’avérer provocateur pour nos amis les carnassiers ! En effet, pour casser la régularité d’une plage, un leurre légèrement suspendu et orienté vers la surface, peut très bien faire l’affaire.

 

Une tête plombée « Sabot » qui a très bien fait le travail

D’autre part, lorsque je pêche des zones beaucoup plus encombrées en termes de blocs rocheux ou bien typées falaise, j’opte pour des têtes plombées tout à fait classique. En effet, un profil rond ou encore légèrement ovale, peut tout à fait convenir pour ce type de pêche. Par faute d’accroches mais également parce qu’il n’y a aucun intérêt d’utiliser des têtes plombées à surface plane sur ce type de fond rocheux, j’ai donc décider d’alterner la forme de ma tête plombée, suivant le poste. Comme vous pouvez sans doute l’imaginer, contrairement à son homologue, les têtes rondes offre un positionnement tout à fait horizontal du leurre, une fois la tête posée sur le fond.

 

La classique tête plombée « Ronde », une incontournable !

 

2/ Le poids de la tête plombée

En outre, je souhaiterai également revenir sur le grammage assez variable qu’il m’arrive d’utiliser. Évidemment, le poids d’une tête plombée doit impérativement être adapté à la canne utilisée. En fait, il ne faut pas sous-évaluer le poids pour des raisons de raisonnance mais également de sensibilité. Et puis la sur-évaluation peut également causer des problèmes ensuite au niveau de l’état du blank de la canne à pêche.

 

Un bon rangement des têtes plombées pour une efficacité maximum

Malgré tout, sur ce type de pêche, le fait de bien sentir son leurre est primordial. Et sachant que la plupart du temps, on cherche le sandre en vertical dans des profondeurs assez conséquentes. Plusieurs facteurs peuvent rentrer en jeu dans le choix du grammage, comme le vent par exemple, qui empêche de ressentir correctement son leurre. Alors, pour pallier à cela, l’utilisation de plus gros grammage, est envisageable !

Afin de me faciliter la tâche sur l’eau, je me suis fixer une petite règle qui va être valable lorsque les conditions de pêche sont « optimales » en terme de confort, c’est-à-dire peu ou pas de vent. Cette règle suit une logique qui est liée à la profondeur à laquelle évolue notre leurre. J’additionne 5 grammes à la profondeur dans laquelle je pêche. Je m’explique, si je pêche dans 10 mètres de profondeur, je fais le simple calcul (10+5=15), qui m’indique que je peux pêcher avec un leste de 15 grammes ! Je tiens juste à préciser que cette petite règle a été fondée au grès de mes pêches en float-tube exclusivement. C’est-à-dire qu’elle n’est pas forcément valable en bateau ou autre.

 

Profondeur (mètres) 5 6 7 8 9 10 11 12
Grammage utilisé (grammes) 10 11 12 13 14 15 16 17

 

Tableau récapitulatif de cette règle

 

Pour conclure, il existe donc deux points essentiels à prendre en compte lorsque l’on accroche une tête plombée au bout de sa ligne : la forme et le poids. Ces deux éléments varient selon plusieurs facteurs qui sont donc liés au biotope mais également aux conditions météorologiques.

Je n’ai pas évoqué les couleurs qui pouvaient éventuellement recouvrir nos têtes plombées, mais ceci pourra faire l’objet d’un futur article, alors je vous dit à bientôt et puis bonne saison hivernale à toutes et à tous !

 

Baptiste

Partager ce post

  • /

Comments ( 2 )

  • FUHRICH

    Sujet intéressant, mais aussi transposable du bord en rivière ou gravière, les longueurs de canne et les poids de TP change, je pense?? le plus trouver les leurres souples flottants pour une bonne présentation! A+++

    • Baptiste Laniel

      Bonjour, c’est vrai que ce sujet est très intéressant mais néanmoins il reste très vaste… mais c’est super sympa je trouve d’essayer de décortiquer cette pêche !
      Cela peut effectivement s’appliquer aux rivières et gravières, à condition que le biotope et les spots restent assez ressemblants. 😉
      Pour les cannes, la taille varie selon si on pêche du bord, en bateau, en float…. Il en va de même pour le gramage, mais celui ci peut également être modifié si vous pêchez dans de gros courants ou avec de plus gros leurres…….

Laisser un commentaire

votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *