Le paradis des perches ! Un trip en suède (partie 2)

Le paradis des perches ! Un trip en suède (partie 2)

Le paradis des perches ! Un trip en suède (partie 2)

Après avoir dû quitter la capitale Stockholm (avec regrets !), la prochaine étape de notre voyage en Suède se situait encore plus à l’ouest jusqu’à l’extrémité de l’archipel à environs 40 minutes de route de Stockholm. Le béton et la pierre laissent rapidement place à une nature verdoyante, encore préservée et le climat y est assez doux en été ce qui en fait un lieu de villégiature apprécié des habitants de Stockholm. 

La mer baltique forme ici un lac intérieur entouré par la forêt, ce sera le spot du soir.

L’eau est partout ! La mer baltique d’abord qui pénètre les terres en un enchevêtrement complexe de bras et de méandres mais aussi des lacs, petits ou grand disséminés ça et là au milieu de la forêt. Un terrain de jeu parfait pour l’amateur de pêche des carnassiers, ou les brochets, perches et dans une moindre mesure sandres règnent en maîtres. Avec une embarcation les possibilités sont immenses, du bord notre entreprise s’avèrera (nous l’apprendrons ensuite) plus compliquée que prévue ! 

Vu d’en haut ces lacs ont l’air prometteurs ! Et pourtant…

Nous sommes situés à proximité d’un bras de mer et de petits lacs forestiers à portés de marche de notre location. C’est vers ces derniers que nous choisissons tout d’abord de nous orienter pour un premier repérage. Parsemé d’herbiers, de zones rocheuses, de cassures ils ont l’air d’avoir le potentiel d’abriter des carnassiers. En revanche, leur profondeur a première vue assez faible (4-5 m au maximum) n’était pas vraiment de bonne augure vu les températures élevés du moment. La température grimpait largement au dessus des 25C° la journée, et comme le pays connaissait une vague de chaleur depuis le printemps, la température de l’eau s’en ressentait. Pas vraiment de bonne augure, la pêche ayant été plutôt difficile dans la capitale les jours précédents à cause de la chaleur ambiante. 

Pas découragé, nous décidons de tenter notre chance dans un petit lac repéré la veille, de bon matin. Le soleil se levant très tôt en été au sud de la suède, il fait déjà grand jour à 6h du matin ! Nous commençons par tester les lieux avec de petits leurres à la recherche des perches qui constituerais une première indication sur le potentiel du lac. Les perches sont bien là, et répondent bien aux leurres, mais toutes sont de petite taille. Seul un poisson correct mordra ce matin, sur un petit crankbait salmo (Hornet 3cm) qui avait déjà donné de bons résultats les jours précédents. 

De belles couleurs pour cette perche postée dans les nénuphars en bordure

Nous resterons donc sur notre faim, et malgré l’acharnement au petits comme aux gros leurres, il faudra bien se rendre à l’évidence: les poissons ne sont pas là, ou du moins pas actifs du tout ! Le lac a vraiment l’air très prometteur avec ses herbiers, roseaux à perte de vue et zones peu profondes envahies de nénuphars. Et pourtant rien ne s’y passe. Pas une chasse, ni le moindre signe ou une petite trace de carnassiers actifs. Pour couronner le tout, il est impossible d’évoluer librement autour du lac à cause des propriétés privés situé près des rives. Il est décidé d’attendre la soirée pour tenter une zone repérée sur la mer baltique, en espérant un peu plus d’action…

C’est vers 18h, une fois la luminosité plus basse et la température moins élevée que nous nous mettons en route. Nous nous dirigeons vers un spot que nous pensons à même de « fixer » les poissons, un lac intérieur formé sur la mer baltique, relié au bras de mer par un canal parsemé de blocs de pierres. Ici aussi, l’été a dû être sec au vu des algues d’un vert fluorescent qui recouvrent tous les rochers. Néanmoins, dès les premiers lancers, les contacts sont là ! Le canal est bel et bien rempli de vie ! Mon petit crank ne tarde pas a trouver preneur, tandis que Thomas préfère opter pour un Blackminnow 70 pour insister au milieu du canal. Les deux tactiques s’avèrent payantes, et enfin la magie opère…

une fois les poissons actifs localisés les prises s’enchaînent !

Les perches (encore elles) sont présentes absolument partout, et actives ! Leurs défense vive et énergique nous redonne le sourire, même si les prises ne sont pas de taille gigantesque. Nous découvrons enfin une facette de la pêche suèdoise que nous espérions: du poisson en quantité, et des poissons à la défense impressionnante ! Du bord, nous apercevons les bancs de perche chasser dans le sillage des bateaux qui passent et secouent les bancs de harengs (en anglais « herring ») qui constituent apparement l’essentiel du menu des carnassiers du coin.

De petits leurres comme le Blackminnow 70 constituent de parfaites bouchées pour les perches

En fin de soirée aux dernières lueurs du jour, Thomas touchera même le premier brochet du séjour, de taille modeste certes mais c’est un premier indice et un signe encourageant pour les jours qui suivrons. Nous aurons pris une bonne vingtaine de poissons en un peu plus d’une heure, un bon début !

Les petits brochets privilégies les spots peu profonds à l’abris de leurs aînés !

Voilà une première belle découverte de la pêche dans l’archipel, environnement si particulier et compliqué à appréhender mais hautement intéressant pour la pêche des carnassiers. Avant de venir nous pensions essentiellement traquer le brochet, les circonstances ont fait que c’est vers les perches que nos recherches se seront orientées. Cela non par dépit, mais aussi parce que la pêche des perches au sud de la suède est absolument incroyable ! Il est facile de constater le potentiel et la richesse d’un tel écosystème, ou des espèces d’eau douces évoluent dans un milieu presque marin. Ce premier jour dans la campagne suédoise annonçait une suite prometteuse !

Ci-dessous une vidéo qui illustre le récit de cet article ! Bon visionnage ! 

Partager ce post

  • /

Comment ( 1 )

Laisser un commentaire

votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *