Une session d’automne en lac de barrage

Une session d’automne en lac de barrage

Une session d’automne en lac de barrage

Aujourd’hui je vais vous partager le récit d’une session en compagnie de Benjamin (également auteur sur ce blog). Nous sommes partis dans un petit lac de barrage auvergnat, entouré d’une forêt dense. C’est dimanche et les pêcheurs matinaux sont là, et en nombre ! il va falloir pêcher juste, encore plus que d’habitude. Nous nous mettons rapidement à l’eau histoire de profiter de la fraîcheur matinale.

Nous commençons par la prospection de bordures en power fishing (prospection rapide à l’aide de leurres type shad ou leurres dur de prospection). Ce premier choix s’avéra rapidement payant et donna quelques bon signes pour entrevoir un début de solution.

En effet quelques perches et brochetons de l’année n’hésitèrent pas à se jeter violemment sur nos leurres ! Cela nous servira d’échauffement. En observant bien la surface avec mon compagnon du jour Benjamin nous remarquons de belles chasses de perches au loin qui tapent joyeusement dans de grosses boules d’alevins. J’imitais la taille des petits poissons que les  perches se faisaient une joie de chasser en passant sur un fiiish power tail. Sa petite taille et sa forte densité permet des lancers précis et à bonne distance. Tout ce qu’on recherche d’un bon leurre de prospection rapide. C’est le power tail 44 coloris silver glitter qui donna le plus de résultat ! les perches, réceptives à une animation plutôt rapide en linéaire s’enchainèrent rapidement sur le bateau. Malheureusement c’était de petits sujets et vite les chasses n’étaient plus là. Un arrêt net des touches sur les bordures nous incitait à changer de de poste et de technique.

Une vraie friandise à perche !

Le powertail se prête bien à une prospection en « Power fishing »

 

Dès que le soleil commença à percer les nuages nous décidâmes de monter plus en amont du barrage pour aller traquer les sandres sur un poste plus marqué. Nous attaquerons en pêchant en lancer-ramener, Benjamin à l’aide d’un shad et moi avec un slug, nous utilisons des grammages assez léger (10-15g) compte tenu de la profondeur de pêche pour que le leurre soit le plus planant possible.

Et ça fonctionne ! Les touches surviennent rapidement, grâce aux très précieuses indications de mon binôme, je prend une grosse touche en n’animant presque pas mon leurre, j’annonce que c’est joli ! La canne plie en deux et les gros coup de tête annoncent un beau sandre. Pas manqué, ce joli petit pépère qui a bien mangé récemment n’a pas résisté au fiiish crazy sand eel kaki en 15cm. Je reparlerais un peu tard de la technique et du matériel utilisé lors de cette session.

Un sandre de belle taille pour ce barrage !

Après quelques photos il regagna vite les profondeurs. Et quelques lancers après toujours sur le même poste benjamin enregistrera un petit sandre non maillé. Après quelques minutes sans touche je décide de passer en verticale. Ayant vu un joli écho, je descends mon leurre à l’aplomb du bateau tout en gardant la tension, et à la descente une sacré touche fait à nouveau plier le scion ! Encore un jolie petite prise sur le crazy sand eel coloris kaki.

Celui-là a succombé à une présentation en verticale et une animation minimaliste

Pour localiser les poissons nous nous  servons d’un outil moderne. Nous pouvons observer sur l’écho sondeur des boules éparses d’alevins calé entre deux eau. L’utilisation d’un échosondeur est vivement recommandée pour localiser très vite les boules de petits poissons-fourrages derrière lesquelles les carnassiers se tiennent.

Les touches se calmèrent cependant, et cela nous força à encore changer de poste et de technique…

Nous reprenons la prospection des bordures cette fois-ci en pêchant avec des leurres plus lourd qui descendent plus vite dans la couche d’eau, cela en raison de la température qui augmente et force les poissons a descendre un peu plus dans la couche d’eau. Nous utilisons des leurres type lame vibrante ou petit leurres souples assez plombés. Nous parvenons à leurrer quelques perches et brochet.

Ce brochet n’a su résister à une lame vibrante qui passait en bordure…

Pour vous parler un peu des leurres qui ont fonctionnés lors de cette session, je voulais vous parler d’un leurre en particulier, le leurre de la session sans discussion et une très belle révélation pour moi. C’est un leurre qui nous vient de la marque bretonne Fiiish, le crazy sand eel que je connaissait déjà puisque lors d’un séjour pêche du Bar sur les côtes bretonnes, il nous avait été alors d’une grande utilité. Son profil long et fin et sa texture souple en font aussi un leurre de choix pour pêcher le sandre en animation lente et minimaliste.

Pas besoin de triple supplémentaire sur le petit modèle, sa souplesse le rend facile à avaler

 

Monté sur une TP 15g il est très polyvalent. Et si ces messieurs les sandres sont un brin tâtillons, un triple voleur au milieu du corps sera bienvenu.

Après un bon casse-croûte nous reprenons la pêche pour quelques petites heures histoire de bien terminer la journée. Nous retenterons les sandres sur des postes marqués sans succès. Mais nous n’abandons pas dans l’espoir de faire un dernier « vampire ». Nous trouverons un petit banc de perche, mais sans l’agressivité du matin. De plus les activités nautiques et les baigneurs ne nous facilitèrent pas la tâche.

Nous terminerons toutefois la session en beauté, après avoir insisté sur une dérive prometteuse benjamin trompa la vigilance d’un joli petit sandre.

C’est sur ce dernier poissons que nous terminerons notre session. Pas de poissons records mais une superbe journée sous le soleil d’automne, de bonne augure pour la saison hivernale sur nos ce barrage Auvergnat.

Et merci à benjamin pour cette session dont je me souviendrais !

#lesmordusdelatruite #pêcheenlacdebarrage #pêchedusandre #fishyourdreams

Partager ce post

  • /

Comments ( 2 )

Laisser un commentaire

votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *